L’importance de l’éducation préscolaire

Le Maroc connaît de nombreuses difficultés dans le domaine de l’éducation, notamment au niveau du préscolaire. Les recherches récentes soulignent l’importance de la petite enfance dans la configuration du cerveau humain et dans la formation des facultés, ce qui démontre l’importance de développer l’enseignement préscolaire. Or, les pays d’Afrique du Nord sont de façon générale à la traîne et le Maroc n’y fait pas exception avec un taux brut de scolarisation de 58% pour les garçons et de 41% pour les filles.

Le gouvernement marocain insiste désormais sur l’importance que jouent l’éducation et l’enseignement dans le développement de la démocratie et dans l’économie du pays. Des engagements ont été pris concernant l’éradication de l’analphabétisme et la généralisation de l’éducation. Des efforts ont été consentis en matière de généralisation de l’enseignement, d’amélioration de la santé et de réduction des disparités. Toutefois, plusieurs facteurs nécessaires au développement restent encore peu explorés, notamment celui de la qualité de l’éducation et la généralisation de l’éducation préscolaire, initialement annoncée pour 2004, et actuellement repoussée à 2007.

Dans le nouveau système éducatif du Maroc, la charte nationale d’éducation et de formation, a inscrit la préscolarisation des enfants de quatre à cinq ans comme étape essentielle dans l’enseignement de base. Ainsi, l’enseignement préscolaire est devenu officiel sans pour autant devenir obligatoire.

Actuellement, l’enseignement préscolaire est très majoritairement assuré par les écoles coraniques traditionnelles, peu de jardins d’enfants existant (la plupart étant privés).

SECTEUR PRESCOLAIRE
TYPES D’ETABLISSEMENT
 %
         
Secteur coranique   M’sid, Kouttab préscolaires   90,22 %
Secteur Jardins d’enfants privés  

 

 

Groupes scolaires privés

 

 

 

7,72 %

Secteur Jardins d’enfants publics et semi-publics  

 

 

Jardins d’enfants

Garderies

 

 

 

1,90 %

Secteur de la coopération

(services culturels des ambassades)

 

 

 

Ecoles maternelles

 

 

 

0,15 %

        = 100 %

Bien que l’importance de l’éducation préscolaire soit officiellement inscrite dans cette charte, tant qu’elle n’est pas une réalité quotidienne dans la vie de chaque enfant, il sera utile de militer en sa faveur.

En même temps qu’un consensus se crée pour dire que ce secteur est essentiel dans le développement psychologique, cognitif et affectif de l’enfant, des décisions, des discours et des pratiques continuent d’aller à l’encontre de l’objectif de généralisation du préscolaire.

La situation de l’éducation préscolaire au Maroc se trouve à la croisée des chemins. Le Maroc a besoin de construire un système éducatif en phase avec la réalité. L’éducation des jeunes enfants dans cette perspective doit débuter le plus tôt possible.

L’éducation préscolaire, peut apporter des avantages majeurs à la scolarisation des enfants. En effet, cette éducation peut atténuer les inégalités des chances, promouvoir la généralisation de l’enseignement fondamental et la scolarisation des filles et améliorer la qualité et l’efficience du système éducatif. L’éducation préscolaire est un investissement qui permet à la société de réduire les risques en matière de santé, d’échec scolaire, de délinquance et de violence.

La Charte Nationale de l’Education et de la Formation considère l’éducation préscolaire (4 et 5 ans) comme le premier palier de l’éducation fondamentale. En inscrivant cette tranche d’âge dans le système éducatif, elle reconnaît une étape qui assure la continuité entre la famille et l’école et prépare le jeune enfant au métier d’écolier.

La vocation de l’éducation préscolaire est reconnue quant à sa capacité de préparer à l’école élémentaire. Elle les familiarise avec le fonctionnement de l’école et construit les bases de la scolarisation. Les activités d’éveil, d’expression, d’expérimentation et d’apprentissage permettent à l’école préscolaire de contribuer à compenser les inégalités et les disparités éducatives qui affectent la société marocaine. C’est dans cette institution que s’acquièrent le plaisir de l’effort personnel, les bienfaits de la solidarité et les règles de la socialisation. Par le jeu, la réflexion, l’expression, l’observation et le partage, l’institution stimule chez l’enfant l’effort intellectuel et la création artistique.

La vocation de l’éducation préscolaire est aussi de s’inscrire dans la continuité de l’éducation familiale. La famille est le lieu où l’enfant reçoit les premiers soins nécessaires au développement de son corps et l’amour qui fonde sa personnalité et qui structure son équilibre psychologique. L’institution préscolaire est destinée à assurer ce continuum entre la famille et l’école élémentaire pour réduire les inégalités des chances et pour assurer l’équité.

Sa vocation préventive permet de mettre l’accent sur l’éducation précoce des enfants à risques et de lutter ainsi contre l’échec et l’abandon scolaires. Elle permet aux parents de se familiariser avec le fonctionnement de l’école et d’apprendre à suivre leurs enfants dans le système éducatif.

Le rôle de l’institution préscolaire est de remédier aux carences familiales et aux difficultés que peuvent connaître les familles en matière d’éducation. L’éducation préscolaire ne prend pas la place de l’éducation familiale mais selon les cas, elle la complète, l’enrichit ou la compense.

La recherche scientifique montre que pour assurer la qualité de la vie des enfants et garantir leurs droits, l’articulation de l’éducation familiale et de l’éducation préscolaire est essentielle. Le développement de l’enfant d’âge préscolaire est un processus multidimensionnel qui articule la satisfaction des besoins physiques, intellectuels et cognitifs, affectifs et sociaux.

Malgré ces différences interindividuelles liées aux conditions de vie, on retrouve un ensemble de besoins qui reste relativement stable quel que soit l’enfant dont on parle:

– les besoins physiologiques (manger, boire, dormir, se reposer, être propre, …)

– les besoins affectifs (se sentir aimé, compris, respecté, protégé, encouragé, …)

– les besoins de mouvements (jouer, courir, danser, …)

– les besoins de communication ( parler, chanter, crier, raconter, rire, …)

– les besoins de socialisation (appartenir à un groupe, partager, coopérer, …)

– les besoins d’imagination (rêver, créer, faire semblant, inventer, …)

– les besoins d’autonomie (faire tout seul, prendre des risques, …)

– les besoins de connaissance (observer, apprendre, expliquer, explorer, manipuler,

découvrir, répéter, …)

– les besoins d’identité (se connaître, se repérer dans le temps, dans l’espace, …).

Pour que l’enfant puisse s’épanouir et développer ses potentialités, il est important de veiller à ce que l’aménagement de la classe, l’organisation des activités, l’approche pédagogique et la relation éducative répondent à la satisfaction de ses besoins.

Le développement de l’enfant est un processus continu, unique dans lequel les besoins sont constamment en interactions. Le développement de l’enfant ne repose donc pas sur une simple prise en charge de ses besoins fondamentaux (se nourrir, s’habiller et dormir). Il est surtout fondé sur une éducation qui favorise son adaptation continue à son environnement naturel, social et culturel. La maîtrise de cette adaptation lui permet, à son tour, d’agir sur son environnement. Pour que l’enfant soit acteur de son développement il faut qu’il bénéficie d’une pédagogie ouverte, riche en activités et stimulante. La confiance qu’il va avoir en lui-même agira durablement sur sa scolarité, sur les relations avec autrui et sur sa place dans la société.

Les apprentissages basés sur la répétition, la mémorisation et la soumission ne favorisent pas son développement et encore moins l’adaptation à son environnement et à son temps.

Le développement de l’enfant dans un champ éducatif respectueux de sa personne lui permet de s’exprimer dans sa langue maternelle (arabe dialectal et amazigh), de se mouvoir à son aise, d’affirmer sa personnalité, de satisfaire sa curiosité et renforce, ainsi, son identité individuelle.

La relation éducative doit se tisser sur des projets qui nécessitent l’échange, la solidarité et l’enrichissement mutuel. L’accroissement du développement humain devient un objectif et un support de toutes les actions éducatives.

L’éducation préscolaire est un pilier essentiel dans le développement de l’enfant. Mais, elle ne le concerne pas tout seul. Elle intéresse toutes les parties concernées par l’enfance : l’éducateur, les parents, l’institution, le système d’enseignement et la société.

Pour l’éducateur:

Il est primordial de rechercher les voies de la qualification et de la professionnalisation. En effet, la responsabilité sociale qui incombe à l’éducateur de préparer les jeunes enfants à la scolarité et à la vie exige une vision claire et une formation solide et permanente. Il n’est plus possible d’admettre le simple

gardiennage qui fait patienter les enfants avant d’aller à l’école, leur inculque des habitudes de dressage, de passivité, de soumission et d’absence de créativité.

Pour les parents:

Un service préscolaire de qualité augmente et étaye le désir de réussite de leur enfant. Leur implication et la manière avec laquelle ils vont envisager son avenir vont déterminer la qualité de cette réussite. La confiance que les parents vont placer dans l’institution va libérer leur esprit et va leur permettre de s’investir dans leurs

activités professionnelles. Les mères peuvent ainsi disposer de plus de temps pour leur propre bien-être et celui de leur foyer.

De même, la fratrie et particulièrement les filles, dans les zones rurales, se trouvent libérées de la garde des jeunes enfants et peuvent ainsi se consacrer à leur scolarité et à leurs propres activités. Le préscolaire élargit les droits de chacun au sein de la famille.

Un service préscolaire de qualité contribue à combattre la grande pauvreté en donnant aux enfants issus des familles les plus démunies le plaisir d’apprendre et l’envie de poursuivre leur scolarité.

L’implication des parents est essentielle à la qualité de l’éducation préscolaire. En effet, lorsque leurs exigences sont élevées, elles contribuent à augmenter le niveau des prestations éducatives.

Pour l’institution préscolaire:

L’institution préscolaire peut bénéficier d’une source de reconnaissance en installant le professionnalisme et la qualité. Son rôle dans la lutte contre l’analphabétisme, dans la réduction des disparités, dans le maintien des élèves à l’école fondamentale et dans l’accroissement de leurs performances scolaires, participe à son utilité sociale.

Pour l’enseignement primaire:

L’éducation précoce des jeunes enfants participe à la préparation à l’école élémentaire. Le bénéfice de l’éducation préscolaire se ressent au niveau de l’enseignement primaire, il réduit considérablement les redoublements dans les premières années liés à l’inadaptation scolaire des enfants et à leur difficulté d’entrer dans le monde de l’écrit. Le préscolaire constitue une passerelle linguistique entre la langue maternelle de l’enfant et la langue d’enseignement.

En recevant des enfants ayant bénéficié d’un préscolaire de qualité, l’enseignement primaire bénéficie d’un capital qu’il a traditionnellement pour tâche de transmettre aux enfants au cours de la première année. Les enfants s’adaptent plus facilement et réussissent mieux. En effet, le préscolaire leur apprend l’organisation, l’ordre, et les règles de la classe. Il les prépare, aussi, à la lecture et à l’écriture.

Par ailleurs, le champ de l’éducation préscolaire, est un domaine plus propice aux innovations pédagogiques. Le fait de ne pas être soumis à un programme préétabli et rigide offre des perspectives d’expérimentation et de recherche.

La réforme de l’enseignement préscolaire au Maroc

Dans les années à venir, au Maroc, le préscolaire sera donc appelé à connaître une réforme en profondeur.

Il sera articulé avec l’enseignement primaire dont il constituera progressivement le premier cycle. Il deviendra une étape obligatoire pour l’inscription en première année primaire.

Mais, aujourd’hui encore, le nombre de jardins d’enfants et de crèches demeure faible par rapport aux besoins, surtout dans les zones rurales.

Jusqu’à aujourd’hui, la totalité de l’enseignement préscolaire était organisée par le secteur privé, ce qui en limitait donc considérablement l’accès (notamment dans les zones rurales ou montagnardes et pour les couches les plus défavorisées de la population), et par les écoles traditionnelles coraniques.

L’enseignement préscolaire, qui sera mis en place avec la réforme du système éducatif marocain actuellement en cours, sera ouvert aux enfants âgés de quatre ans révolus à six ans. Il aura pour objectif général, durant deux années, de faciliter l’épanouissement physique, cognitif et affectif de l’enfant, le développement de son autonomie et sa socialisation.

Les enfants issus du préscolaire seront ensuite admis à l’école primaire dont la durée sera de 6 années. Les enfants âgés de 6 ans révolus qui n’auront pas bénéficié d’un enseignement préscolaire pendant cette période transitoire seront également admis au cycle primaire. Il en sera de même pour les élèves provenant des écoles traditionnelles (coraniques).

Ce premier cycle de l’école primaire (2 années) aura pour objectif principal la consolidation et l’extension des apprentissages du préscolaire pour faire acquérir à tous les enfants une base solide et harmonieuse d’instruction et de socialisation et ainsi les préparer à poursuivre leurs apprentissages vers les niveaux d’enseignement suivants avec un maximum d’égalité des chances.

Durant cette période transitoire qui verra la mise en place progressive de cette nouvelle organisation pédagogique de l’enseignement préscolaire et primaire, la progression des enfants ayant suivi une éducation préscolaire sera accélérée après une période d’observation d’un trimestre. Cette accélération pourra entraîner un passage direct à un niveau supérieur de ce même cycle primaire.

Cette réforme de l’éducation devra permettre la coordination, la modernisation et la normalisation de l’éducation préscolaire dans son ensemble.

Source de l’article: http://www.ecoliers-berberes.info

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+